Psychologue: Laurène Ayme 

ADELI: 669304446

 07 69 72 10 90 

Il peut s’agir de traumatismes « évidents », avec un grand « T », mais il peut s’agir aussi d'événements de vie difficiles ou de traumatismes avec un petit « t », qui passent inaperçus et peuvent être la source d’émotions ou de comportements inadaptés ou excessifs dans la vie quotidienne. 

Evénements traumatiques 

L'état de stress post traumatique n'est pas la seule complication à un traumatisme. 

L'apparition différée des symptômes peut faire suite à un évènement déclencheur (anniversaire de l'événement, rencontre, situation professionnelle, odeurs, sons, ...) 

Les événements traumatiques colorent la vie psychique et les pensées qui encadrent les relations aux autres comme la confiance, la sécurité, l'ouverture, la patience... 

 

Les traitements et prises en charge peuvent être indispensables pour obtenir un retour à un état d'équilibre satisfaisant. Il est possible de se libérer des schémas traumatiques profondéments ancrés. 

Plusieurs étapes sont nécessaires pour traiter les souvenirs perturbants et amener une résolution adaptée de l'événement. Lorsque ces étapes sont empêchées cela entraîne des conséquences traumatiques à long terme sur la santé mentale et physique. 

Pour avoir des informations complémentaires sur le trauma et les troubles de stress post-traumatique : 

Les thérapies à médiation cognitive, ainsi que la thérapie EMDR sont réputées très efficaces.  

Leur usage est officiellement recommandé par la HAS (Haute Autorité de Santé) 

Une expérience traumatique est habituellement suivie d’une période de dépression et d’angoisse.  

Mais ces symptômes s’atténuent et s’apaisent assez rapidement. 

 

On parle de stress post-traumatique quand la personne reste en état de choc psychologique.  

Les symptômes les plus courants sont l’intrusion, l’évitement, la présence d'un syndrome neurovégétatif .  

 

Les symptômes liés au stress post-traumatique peuvent survenir soudainement après l’expérience traumatique et fluctuer dans le temps. 

L'intensité et la durée du trouble post-traumatique sont très variables, allant de quelques semaines à plusieurs années. Il peut aussi se répercuter à travers les générations.  

La souffrance ressentie peut être enracinée dans un traumatisme qu’un membre de la famille (traumatisme famillial) ou qu’un ancêtre a vécu des décennies, voire des siècles, auparavant. (traumatisme transgénérationel). 

 

Les traumatismes transgénérationnels ou familliaux peuvent avoir une influence considérable sur nos émotions et nos comportements. Ils peuvent entraîner des complications sans que nous ne sachions vraiment pourquoi. 

 

L'état de stress post-traumatique est une réaction émotive vive, secondaire à un événement traumatisant c'est à dire qui ne se situe pas dans le cadre des expériences habituelles. 

  

La détresse qui envahit secondairement la victime est une réaction logique à une situation tout à fait anormale. 

Les états dépressifs, divers troubles anxieux (insomnie, cauchemars, fatigue, lassitude extrême, désintérêt, difficultés à se concentrer, agitation, nervosité, anxiété, peur, honte, culpabilité, tristesse), les conduites addictives (alcools, stupéfiants, médicaments), les troubles somatiques (douleurs digestives, lombalgies, troubles respiratoires), les difficultés psychiques (colère, sautes d'humeur, déni), troubles de la sexualité, peuvent être également des conséquences possibles. 

Concernant les enfants, beaucoup d'événements peuvent provoquer des réactions traumatiques.  

Des événements majeurs tels que la perte d'un proche, accidents de la route, tremblements de terre ou des sévices, mais aussi des événements perturbants comme l'intimidation, l'humiliation, le harcèlement...  

Trauma en grec signifie "blessure de l'esprit, du corps et de l'ame". 

Un événement est traumatique quand il a un effet négatif et qu'il crée des dommages à long terme.